L'histoire de Charlie

Histoire soumise par: Charlie

« Être un adolescent n’est déjà pas facile. Être un adolescent se posant des questions au sujet de sa sexualité est encore plus compliqué. »

À onze ans, je suis tombé sur un magazine Playboy appartenant à mon frère aîné. Il y avait plein de photos de femmes nues, et je me souviens d’avoir pensé : « Ayoye! À poil! »

Une réaction sans doute assez commune pour un garçon de mon âge. Il y avait dans ces magazines cochons quelques histoires érotiques et, étant un lecteur vorace, je les ai lues. La plupart mettaient en scène un homme et une femme, mais il y en avait une avec deux femmes.

J’ai alors pensé : « Étrange. Où est le gars? »

Je ne comprenais pas. S’il n’y avait pas de pénis, alors qu’est-ce qui allait à l’intérieur de quoi? Et comment?

« Est-ce que ça veut dire... que deux femmes peuvent avoir des rapports sexuels? »

Au cours des deux années suivantes, j’ai peu à peu découvert ma sexualité, comme tout autre adolescent. J’ai compris comment les gens avaient des rapports sexuels, ce qu’était un orgasme, ce qu’étaient l’homosexualité et l’hétérosexualité, et comment une grossesse pouvait survenir. Les choses se sont déroulées normalement jusqu’à l’âge de quatorze ans. Un jour, sur Internet, j’ai vu une photo de deux gars qui s’embrassaient.

Et je me suis aperçu que je trouvais les hommes attirants.

« Oh, oh... Est-ce que je suis gai? »

À partir de là, je me sentais embourbé dans la confusion sexuelle. Il n’y avait pas beaucoup de documentation en lien avec ce que je ressentais à l’époque. Tout ce que je savais, c’était que je pensais vraiment à l’idée d’avoir des relations sexuelles avec des hommes. Mais c’était compliqué, parce que je voulais aussi avoir des relations sexuelles avec des femmes. Et peut-être avec les deux en même temps. J’avais lu un peu sur la bisexualité, mais la plupart des gens disaient que ceux qui s’identifient comme bisexuels sont souvent dans le déni de leur homosexualité. Étais-je dans le déni? Est-ce que je me mentais à moi-même?

Être un adolescent n’est déjà pas facile. Être un adolescent se posant des questions au sujet de sa sexualité est encore plus compliqué.

J’ai eu une petite amie quand j’avais seize ans, et j’aimais bien déconner avec elle. Elle m’excitait beaucoup et j’étais impatient de coucher avec elle, mais notre relation a cessé avant que cela n’arrive. Étais-je dans le déni?

Durant toutes ces années, jusqu’à ce que j’obtienne mon diplôme et que je déménage, je ne savais pas trop ce que je voulais.

Quand j’ai commencé mes études post-secondaires, j’ai décidé de tenter le coup. À la première occasion, j’ai couché avec une fille charmante que j’avais rencontrée à la bibliothèque.

« À poil! » J’ai rigolé. Certaines choses ne changent pas. C’était génial, et j’étais vraiment heureux de la façon dont les choses se passaient. Je n’ai plus repensé aux hommes, jusqu’à ce qu’elle et moi cessions de nous fréquenter.

« Hmmm » me suis-je dit. « J’ai toujours cette idée de relation entre deux gars. Pourquoi pas? »

Quelques semaines plus tard,  j’ai décidé de m’aventurer « de l’autre côté » et me suis retrouvé au lit avec un homme. Ce fut également génial et j’y ai pris beaucoup de plaisir! 

À partir de là, j’ai décidé que je me fichais des étiquettes. Je ne voulais pas me limiter sexuellement parce que je ne pouvais pas trouver un mot pour décrire ma situation. Je n’allais pas me mentir à moi-même à propos de ce que je voulais,  juste parce que je ne rentrais dans aucun moule.

J’étais attiré par les hommes et par les femmes; c’est tout.

Je suis vraiment content de m’être permis d’explorer, sinon j’aurais toujours eu des tonnes de questions sans réponse.

Au fil des ans, mon attirance pour les hommes a diminué. C’était un peu comme lorsqu’on veut essayer quelque chose parce que c’est tabou : ça finit par devenir ordinaire. Curieusement, mon attirance pour les femmes a monté en flèche.

Aujourd’hui, je suis dans la trentaine et je sors avec une femme merveilleuse avec qui j’ai l’intention de passer le reste de ma vie.

Mais je ne pense pas que j’aurais pu en arriver là si je ne m’étais pas donné la chance d’explorer et d’expérimenter les possibilités, avec les hommes et les femmes.

Il semble que le monde est encore très homophobe, et qu’on voit d’un mauvais œil les hommes qui sont curieux d’essayer des trucs avec d’autres hommes. Je ne vais pas vous mentir et dire que c’est facile. Explorer sa sexualité est un choix personnel, qui peut souvent être effrayant et même risqué. Le seul conseil que j’ai :  fais attention, protège-toi, et sois fidèle à toi-même.

Opinion