Combattre – Partie 2 : les efforts externes

Il existe beaucoup de stratégies pour lutter contre la dépression, y compris celle d’obtenir l’aide d’un professionnel. Mais demander (et accepter) une aide extérieure peut être difficile pour les gars, même en temps normal. Cela peut être lié aux messages reçus sur ce que cela signifie d’être un homme, ou à la croyance populaire qu’un gars n’est pas censé être vulnérable ou faible. Tu pourrais te demander si tous ces efforts et démarches embarrassantes en valent le coup. Mais pour beaucoup de gens, y compris beaucoup de gars, ça en vaut la peine.

Demander de l’aide peut également être difficile en raison de la stigmatisation. La stigmatisation est une opinion ou un jugement négatif qui dévalorise une personne en raison d’un trait particulier, par exemple un handicap, une religion ou une maladie mentale. La stigmatisation entraîne des sentiments de honte et de désespoir et empêche la personne de parler aux autres de sa maladie ou d’obtenir de l’aide. Quand les gens sont stigmatisés, ils se sentent abandonnés et redoutent le jugement des autres. Ils peuvent croire que s’ils disent à quelqu’un qu’ils sont dépressifs, ils vont perdre des amis ou être vus comme des faibles en raison de leur maladie. La stigmatisation est erronée et cause beaucoup de tort. Elle crée des barrières, répand la peur et étiquette les personnes.

Demander de l’aide est une force, pas une faiblesse. Obtenir de l’aide professionnelle, même si ça semble gênant au début, entraîne souvent un rétablissement plus rapide et plus complet de la dépression. Parfois, les gars ne vont pas chercher d’aide parce qu’ils ont peur de ce que leurs amis pourraient penser. Beaucoup de gens redoutent ce qu’ils ne connaissent pas et ce qui les rend mal à l’aise. Tu pourrais aussi éprouver une certaine gêne à demander de l’aide. Souviens-toi qu’obtenir de l’aide est important pour ton bien-être.

Si parler à un professionnel te parait trop « extrême » pour commencer, c’est correct de juste parler à quelqu’un. Choisis une personne en qui tu as confiance (pouvons-nous ajouter des exemples?: membre de la famille, ami(e), enseignant(e), intervenant(e) scolaire, etc.) et parles-lui de ce que tu vis. Une fois que tu auras mis des mots sur ce qui se passe, ce sera plus facile d’en parler la prochaine fois, et la fois d’après.

Si tu n’arrives pas à accomplir tes activités quotidiennes ou que tu as des idées suicidaires, tu as besoin d’obtenir de l’aide dès maintenant (c’est-à-dire aujourd’hui et pas le mois prochain). S’effondrer dans une dépression peut être extrêmement pénible et il est important de pouvoir soulager ses symptômes. Tu es aussi dans une phase où tu n’as pas l’énergie et le discernement dont tu aurais besoin pour essayer de gérer ta dépression seul. Alors, à qui peux-tu parler?  Sois assuré que tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute en tout temps.

Quels types de professionnels peuvent m’aider?

L’aide professionnelle est donnée par des personnes formées pour comprendre et aider ceux qui sont aux prises avec des troubles comme la dépression. Les professionnels incluent les intervenants, les médecins (comme les psychiatres ou les médecins généralistes), les psychologues, les travailleurs sociaux, les psychothérapeutes, les infirmiers et les travailleurs œuvrant auprès des jeunes. Les médecins (généralistes et psychiatres) peuvent prescrire des antidépresseurs, mais ils n’offrent pas de consultation ou de thérapie. Les travailleurs sociaux, les psychologues, les infirmiers, les travailleurs œuvrant auprès des jeunes et les psychothérapeutes et intervenants n’ayant pas de diplôme en médecine ne peuvent pas prescrire de médicaments, mais offrent des services de consultation et de thérapie. Beaucoup de gens voient un médecin pour des médicaments et un autre professionnel pour une thérapie.

Où aller pour avoir de l’aide?

Il peut être difficile de savoir par où commencer ou d’évaluer les différentes options qui s’offrent à toi. La dépression pourrait essayer de te montrer que c’est la preuve que ça ne vaut pas la peine ou que les démarches pour obtenir de l’aide sont pires que de tout simplement vivre avec la dépression. Si tu sens que tu es dans cette voie, envisage tout simplement de parler à quelqu’un. Tu n’as pas à chercher la personne idéale à qui parler (et tu peux décider de parler à quelqu’un d’autre par la suite).

  • Si tu as une bonne relation avec ton médecin et que tu crois que tu serais plus à l’aise d’en parler avec lui en premier, fais-le.
  • Si tu préfères appeler un service d’assistance téléphonique anonyme [Appel à l’action pour communiquer avec Jeunesse, J’écoute] pour te pratiquer à en parler, ou encore aller à une clinique sans rendez-vous, c’est très bien aussi.
  • Si tu aimerais mieux commencer par le dire à un membre de ta famille qui pourrait t’aider à trouver un professionnel à qui parler, cela peut être une bonne idée et une bonne façon de te décharger d’un certain poids.
  • En conclusion : commence par en parler à quelqu’un.

Si tu vis une crise ou que tu as des pensées suicidaires, rends-toi à l’urgence de l’hôpital le plus proche. La plupart des salles d’urgence comptent dans leur équipe des travailleurs spécialisés en santé mentale qui t’aideront à soulager ta crise immédiate, s’assureront que tu es en sécurité et t’aideront à obtenir de l’aide et du soutien à plus long terme.

Que faire si j’en parle à quelqu’un et que sa façon de réagir me fait sentir encore plus mal?

Malheureusement, il n’y a aucune garantie que la première personne à qui tu vas parler sera celle qui t’aidera. Les médecins peuvent avoir des idées dépassées, et les membres de ta famille peuvent avoir des réactions exagérées et inutiles. Si la réponse que tu obtiens n’est pas utile (ou pire, qu’elle te cause du tort) essaie de ne pas renoncer à l’idée de demander de l’aide. Certaines personnes doivent essayer plusieurs fois avant de trouver quelqu’un qui sait vraiment les écouter et les aider. Communique avec Jeunesse, J’écoute si tu as besoin de soutien. Appelle le service d’aide téléphonique.

La consultation et la psychothérapie sont des types de traitement fondés sur le dialogue (une discussion) entre le thérapeute et le client (toi). Selon le type de thérapie ou de consultation offert, tu pourrais :

  • parler au téléphone avec un professionnel une ou plusieurs fois afin de mieux comprendre ce que tu vis et d’examiner les prochaines étapes;
  • rencontrer en personne un professionnel pendant un certain nombre de séances et suivre un programme structuré comprenant des travaux et devoirs à faire à la maison;
  • rencontrer en personne un professionnel et parler de façon non structurée de ce à quoi tu penses ou de ce que tu vis en ce moment.

Quel que soit le type de consultation ou de thérapie que tu choisis, tu travailleras à reconnaître, à comprendre et enfin à modifier les comportements, les pensées et les problèmes relationnels qui renforcent ta dépression.

Quelle différence y a-t-il entre la consultation et la psychothérapie?

Dans la pratique, la consultation et la psychothérapie se ressemblent beaucoup. Une différence importante est que la consultation est souvent une démarche à court terme (elle peut être aussi courte qu’une seule séance), tandis que la psychothérapie est un processus formel plus long.

La raison pour laquelle beaucoup de gens font appel à la consultation ou à la thérapie est assez simple : ces services peuvent les aider. Il a été largement prouvé que la consultation et la thérapie peuvent être efficaces dans le traitement de la dépression et qu’une personne a beaucoup plus de chance de se sentir mieux si elle parle à un professionnel que si elle ne le fait pas.

Il est important que tu sois à l’aise avec ton thérapeute. C’est ton droit de rencontrer plusieurs thérapeutes et de leur poser des questions avant de faire ton choix.

Et les médicaments antidépresseurs?

La meilleure personne avec qui parler de médicaments antidépresseurs est un médecin ou un médecin-psychiatre, car ces professionnels possèdent de l’information fiable et à jour sur l’efficacité des différents médicaments et des choses comme les effets secondaires, le temps qu’il faut pour qu’un médicament commence à faire effet et la durée habituelle du traitement. Ces informations sont importantes, donc si ton médecin ne te les donne pas spontanément, demande-les-lui.

Les antidépresseurs, lorsqu’ils sont pris tels que prescrits, fonctionnent très bien pour beaucoup de gens, et peuvent faire une grande différence dans ton humeur, ton énergie et ta capacité d’accomplir les choses. Certaines personnes trouvent que la prise de médicaments suffit à les aider à gérer leur dépression, tandis que d’autres trouvent que la combinaison de médicaments et d’une thérapie ou d’autres activités bénéfiques fonctionne mieux pour elles. Enfin, certaines personnes trouvent que la consultation ou la thérapie à elle seule suffit.

Si un médicament antidépresseur t’a été prescrit et que tu crois qu’il ne fonctionne pas, parles-en à ton médecin. Il peut te prescrire un autre type de médicament qui pourrait mieux fonctionner pour toi. Il est également important de parler à ton médecin si ton état empire ou si tu as des pensées suicidaires.

La plupart des gens se sentent un peu mieux ou retrouvent un certain espoir rapidement, mais ont besoin de plus de temps pour sentir une véritable différence. Quand on vit la dépression, il est difficile d’être patient sans s’enfoncer et d’essayer de garder espoir quand la dépression est si habile à anéantir toute lueur de celle-ci. Nous comprenons très bien que l’attente peut être énormément pénible. Essaie de te rappeler que ce n’est pas parce que ça ne fonctionne pas *encore* que ça ne fonctionnera jamais. Répète-toi ces mots, même si tu n’y crois pas vraiment. Enfin, assure-toi de dire à ton thérapeute à quel point exactement l’attente est difficile pour toi. Ne garde pas ça pour toi. C’est l’un des avantages d’avoir une personne sûre et neutre à qui te confier : tu n’as pas à te censurer ni à faire semblant que tout va bien. Tu peux dire exactement ce qui se passe.

Si tu n’es pas prêt à consulter un professionnel.
Parles-en à une personne de confiance. Lorsque tu te sentiras prêt à obtenir de l’aide professionnelle, essaie de parler à ton médecin de famille, à un intervenant scolaire ou à un membre de ta famille en qui tu as confiance.

Trouve la bonne personne.
Cela pourrait prendre quelques essais avant de trouver quelqu’un qui saura vraiment t’écouter et t’aider.

Aller mieux peut prendre un certain temps.
La consultation, la thérapie, et les antidépresseurs fonctionnent, mais cela peut prendre du temps avant de remarquer un changement. Il est important de garder espoir, mais souviens-toi de dire à ton intervenant ou ton thérapeute comment tu te sens si ça ne va pas.

Si tu ressens du désespoir ou que tu as des pensées suicidaires, tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute en tout temps.


Clavardage en direct

La discussion (clavardage) ci-dessous est une transcription fictive basée sur de vraies situations.

 
Opinion