Le sexe et le consentement

Comment savoir s’il s’agit d’une relation sexuelle consensuelle?

Si tu désires avoir des rapports sexuels avec une personne, il faut que vous soyez tous les deux d’accord. Le consentement est une question de choix et signifie que vous acceptez ensemble de faire la même chose, au même moment, l’un avec l’autre. Voici ce que tu dois savoir et déterminer avec l’autre personne :

  • Vous en avez tous les deux envie et vous avez tous les deux dit « oui ».
  • Vous avez tous les deux dit « oui » à voix haute (un silence ou un signe de la tête ne suffit pas).
  • Le fait d’accepter une chose ne veut pas dire qu’on accepte tout.
  • Avant de passer à un autre jeu sexuel, vous devez d’abord y consentir tous les deux.
  • Le « consentement » obtenu en faisant pression sur l’autre personne pour l’amener à changer d’idée ne constitue pas véritablement un consentement.
  • Si une personne n’est pas en mesure de donner son consentement (parce qu’elle a consommé des drogues ou de l’alcool, qu’elle est inconsciente ou qu’elle est trop jeune), tu n’as pas son consentement.

Apprends-en davantage sur le respect et les relations.

Quel est l’âge du consentement?

Au Canada, l’âge du consentement établi par le Code criminel est 16 ans. Cela signifie que les adultes n’ont pas le droit d’avoir de rapports sexuels avec une personne âgée de moins de 16 ans, que celle-ci y consente ou non. Pour en savoir plus, lis l’article Sortir avec quelqu’un de plus vieux.

Le fait d’avoir des rapports sexuels sans consentement s’appelle une « agression sexuelle » ou du « harcèlement sexuel ».

Une agression sexuelle désigne tout acte sexuel indésiré imposé par une personne à une autre, et comprend les attouchements indésirés de nature sexuelle comme les baisers, les caresses, le sexe oral et les rapports avec pénétration.

Le harcèlement sexuel désigne tout comportement verbal ou physique de nature sexuelle.

Les agressions sexuelles et le harcèlement sexuel sont considérés comme de la violence sexuelle.

En quoi la violence sexuelle te concerne-t-elle?

Les filles et les femmes courent un risque beaucoup plus élevé de subir de la violence sexuelle que les gars. Malheureusement, les statistiques révèlent qu’au moment où tu auras atteint l’âge adulte, le quart de tes amies auront été victimes de violence sexuelle. Cela signifie qu’il est probable qu’un ou plusieurs gars de ton cercle social participeront à un acte de violence sexuelle, un comportement qui est inacceptable. Si tu es hétérosexuel, cela signifie également qu’il y a 25 % de chances pour que la fille que tu fréquentes ait subi de la violence sexuelle, ce qui peut perturber votre vie sexuelle et votre relation.

Influence du genre sur la violence sexuelle :

  • Certains hommes croient qu’ils sont en droit d’attendre des faveurs sexuelles des femmes, même sans leur consentement. Ce n’est pas le cas.
  • Les garçons et les hommes qui ont été victimes de violence sexuelle sont stigmatisés, (parce qu’on n’en entend pas tellement parler) et par conséquent, bon nombre d’entre eux se taisent et souffrent en secret. Cela crée un cercle vicieux de stigmatisation et de silence. Il est important d’en parler.
  • Les jeunes transgenres courent un risque beaucoup plus élevé d’être victimes de violence sexuelle au cours de leur vie. Cette tendance peut être renversée si les gens apprennent à respecter la diversité des genres.

Si tu as été victime d’une agression sexuelle, parles-en à quelqu’un et demande de l’aide. Nos intervenants sont là pour t’écouter.

Comment savoir s’il s’agit de violence sexuelle?

On parle de violence sexuelle si :

  • Tu n’obtiens ou ne donnes pas un consentement enthousiaste avant de t’adonner à un jeu ou un acte sexuel. Par exemple : tu ne demandes pas et n’obtiens pas clairement la permission de pénétrer l’autre personne.
  • L’un ou l’autre des partenaires est sous l’effet de l’alcool ou de drogues. Par exemple : tu aguiches une personne trop ivre pour s’exprimer clairement.
  • L’un ou l’autre des partenaires est inconscient ou endormi. Par exemple : tu prends une photo de ta camarade de classe ivre dont la blouse dévoile sa poitrine.
  • L’acte sexuel a lieu avec une personne qui occupe une position de confiance ou d’autorité (un enseignant, un entraîneur, ton employeur). Par exemple : ton entraîneur insiste pour que tu lui masses le dos après que les autres joueurs ont quitté le vestiaire.
  • L’acte sexuel a lieu avec une personne qui a eu recours à l’intimidation ou à des menaces pour obliger l’autre à se livrer à une activité sexuelle. Par exemple : ton beau-père dit à la gardienne de s’asseoir sur ses genoux sinon il la congédiera.
  • L’acte sexuel a lieu avec une personne qui a changé d’idée et a dit « non ». Par exemple : ton amoureuse et toi avez décidé de vous caresser, mais elle est maintenant nerveuse et souhaite seulement écouter la télé. Tu dois respecter sa décision de ne pas avoir de relations sexuelles.

Aide tes amis à bâtir des relations saines, heureuses et excitantes en comprenant, en pratiquant et en promouvant le consentement. Tu peux aussi prendre des mesures pour rendre ta collectivité plus sûre.

  • Réfléchis à la façon dont tu peux être un allié de poids, même si tu dois confronter tes propres croyances et remettre en question tes idées reçues sur le genre et sur ce qui est acceptable.
  • Respecte les filles et les femmes, même si les gars font seulement des blagues dans le vestiaire; ces blagues peuvent être à l’origine de croyances et d’actes préjudiciables.
  • Aide à lancer un programme de lutte contre la violence ou un club d’alliés pour contribuer à sensibiliser les gens.
  • Trouve un mentor qui t’aidera à vivre conformément aux valeurs de respect et d’égalité, devient un allié de tes pairs LGBTQ et pratique le consentement.

Tu n’as pas vraiment de pouvoir sur l’attirance que tu éprouves pour quelqu’un. Tu pourrais t’apercevoir que tu as des sentiments pour une personne qui t’est inaccessible parce qu’elle est déjà en couple, est beaucoup plus âgée que toi ou occupe une position d’autorité, par exemple. Cette situation peut être pénible. Si cela t’arrive, voici quelques suggestions pour gérer cette situation :

  • N’essaie pas d’arrêter de vous imaginer ensemble et de fantasmer.
  • Tu n’as pas à te punir ou à refouler ces sentiments.
  • Souviens-toi : tes fantasmes ne sont pas la réalité.
  • Souviens-toi que tu as le béguin pour cette personne mais que vous n’êtes pas ensemble; ce sont deux choses différentes.
  • Essaie de trouver un nouveau béguin qui EST approprié (c’est-à-dire à peu près de ton âge, disponible et qui s’intéresse à toi).
  • Tiens-toi occupé et adonne-toi à des activités qui te passionnent.
  • Si tu en pinces pour une personne plus âgée, n’oublie pas que ce béguin pourrait être inspiré par les qualités que cette personne possède et que tu aimerais cultiver en toi-même.

La consommation de matériel pornographique peut avoir une immense influence sur la façon dont les gens perçoivent le sexe. Il importe de se souvenir qu’à la télé et dans les films, porno ou non, ce sont des acteurs qui sont entourés d’entraîneurs, de coiffeurs et de maquilleurs, et qu’il faut beaucoup de prises pour qu’une scène semble naturelle. Ce n’est pas une vision réaliste du sexe ou du corps humain.

Si tu regardes beaucoup de pornographie, tu pourrais commencer à t’en servir pour remplacer les vrais contacts humains avec une personne que tu aimes et à qui tu plais. Souviens-toi aussi que la pornographie montre parfois des actes d’exploitation et des comportements violents et nocifs. Si tu souhaites parler de la saine consommation de matériel pornographique, n’hésite pas à en discuter avec un intervenant de Jeunesse, J’écoute.

infografic

As-tu le feu vert?

En savoir plus

Clavardage en direct

La discussion (clavardage) ci-dessous est une transcription fictive basée sur de vraies situations.