Les règles… et comment les transgresser

« On nous dit : … Tu es un gars, alors assume, t’es fort. Les filles, elles, parlent de leurs sentiments. »

As-tu déjà eu l’impression qu’il existe un livre invisible rempli de règles à suivre? L’adolescence a ses bons côtés (plus de liberté, nouvelles expériences, nouvelles rencontres...), mais peut aussi être une période stressante, en partie parce que tu essaies de comprendre ce livre de règles imaginaire. En même temps, tu apprends à te connaître et tu essaies de découvrir qui tu veux devenir.

Les « règles » les plus courantes sur la manière qu’un gars doit se comporter peuvent amener certains jeunes à se sentir terriblement seuls. Tu as sans doute tes propres idées sur ce que cela signifie d’être un gars, mais tout au long de ta vie, tu seras également confronté aux idées de ta famille, de tes amis, de ta communauté et de la société en général.

Sache que tu n’as pas à te soumettre à ces pressions et à suivre le livre de règles. La plupart du temps, rester toi-même te permettra de t’intégrer. Cela pourrait signifier enfreindre les règles. Voici une liste de certaines règles non écrites concernant les gars et des conseils pour les transgresser :

« Les gars doivent être les meilleurs dans tout. »

La réussite apporte un sentiment de fierté, mais espérer être le meilleur dans tout est irréaliste. Ce serait être trop exigeant envers toi. Les membres de ta famille, les médias ou des enseignants véhiculent peut-être, le message que c’est une attente réaliste, mais ce n’est pas le cas.

Tout le monde a vécu l’expérience de ne pas être admis dans une équipe sportive, d’échouer à un examen ou de se faire rejeter par la personne aimée. Si cela t’arrive, au lieu de t’en vouloir, essaie d’être moins dur et plus patient avec toi-même. Bien que ça puisse être très difficile, fais de ton mieux pour prendre une profonde respiration en te rappelant que tout le monde vit de mauvais jours ou de mauvaises expériences. Te rappeler que tu es humain te donnera la force de réessayer la prochaine fois. Au lieu d’être « le meilleur », concentre-toi plutôt sur comment « faire de ton mieux ».

« Les gars doivent gérer leurs problèmes seuls. »

Penses-y : si tu te réveilles un jour avec une douleur insupportable au genou, tu vas probablement allez voir le médecin, non? Donc, si quelque chose dans ta vie te cause une douleur émotionnelle, tu n’as pas à la traiter tout seul. Il est vrai qu’être plus vieux et plus indépendant signifie pouvoir résoudre certains problèmes par toi-même. Mais si tu as un problème qui te parait trop grand à surmonter seul, il est important de demander de l’aide. Il faut beaucoup de courage pour dire à quelqu’un : « Est-ce que je peux te parler de quelque chose? » et demander son soutien. Apprends à reconnaître ce que tu peux gérer et quand il faut aller chercher de l’aide.

« Les gars doivent jouer les durs. »

Les gars ont souvent l’impression qu’ils ne peuvent pas pleurer ou afficher leurs émotions parce que la société leur a transmis le message que ça les fait paraître faibles. Réprimer les sentiments ne les fait pas disparaître. Ils sortiront par d’autres moyens, comme la colère ou l’anxiété. Penser que ce n’est pas « viril » d’exprimer ses émotions n’est pas utile, car cela peut entraîner beaucoup de souffrance. Sois assez courageux pour exprimer tes vrais sentiments.

La prochaine fois que tu as quelque chose sur le cœur, essaie de le dire à quelqu’un en qui tu as confiance et qui pourra t’aider. Si tu ne sais pas trop à qui en parler, tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute en tout temps.

« Les gars ne peuvent pas se comporter comme les filles. »

Le « genre » désigne habituellement la façon dont une personne se sent à l’intérieur. La société a des idées très arrêtées et parfois injustes sur ce qui est « normal » pour un gars. Les gars peuvent être taquinés ou intimidés lorsqu’ils se comportent d’une manière qui ne cadre pas avec ces notions.

Le genre se rapporte au fait de se sentir comme une fille, un garçon, aucun des deux, les deux à la fois, ou quelque part entre les deux.

Permets-toi d'être la personne que tu es, de la façon dont tu te sens bien. Les pressions qui poussent à agir de certaines façons peuvent être difficiles à vivre. Sache qu’il est possible de surmonter ces pressions.

Si tu as des questions sur la pression, le genre, la sexualité ou tout autre sujet, souviens-toi que tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute en tout temps pour en parler avec un intervenant.

« Pour les gars, être hétéro est la seule normalité. »

On appelle « hétéronormativité » la croyance que l’hétérosexualité est « normale » et que les autres orientations ne le sont pas. En gros, c’est une façon de voir la sexualité selon laquelle la norme est d’être hétérosexuel. Les personnes qui ne respectent pas ces critères stricts de comportement peuvent être victimes de discrimination et même de violence. Ceci pousse beaucoup de jeunes se sentent donc poussés à agir d’une certaine façon afin de « rentrer dans le moule » et ainsi se protéger. Par exemple, un gars qui sait qu’il est gai peut se sentir si honteux en pensant qu’il n’est pas dans la norme qu’il fera comme s’il était hétéro ou aura même un comportement homophobe dans le but d’être en sécurité. Cela peut engendrer énormément de pression, de stress et de souffrance.

LGBTQ : Lesbiennes - Gais - Bisexuels - Transgenres - En Questionnement.

Tu peux contribuer à rendre ton école et ta communauté sécuritaires en ne tolérant pas les propos haineux et en arrêtant les blagues qui ciblent les personnes homosexuelles ou transgenres.

Si tu es hétéro et que tu veux montrer ton soutien à des amis ou des pairs LGBTQ, voici ce que tu peux faire pour lutter contre les attitudes hétéronormatives :

  • Interviens pour arrêter l’intimidation homophobe ou transphobe, lorsqu’il est sécuritaire de le faire.
  • Joins-toi à une alliance étudiante gai-hétéro comptant des membres LGBTQ et hétéros pour rendre ton école plus accueillante et sécuritaire pour tous.
  • Reste ouvert au fait que les fréquentations et l’attraction sont des choses personnelles, pour toi-même et tout le monde autour de toi.
  • Fais attention à ta façon de t’exprimer et fais le choix de changer ton langage hétéronormatif et homophobe. Ce type de langage est appris et peut être désappris tout aussi facilement.

Permets-toi d’être le gars qui te ressemble – celui avec lequel tu te sens bien.
Rappelle-toi que tu es libre de briser les soi-disant règles.

Si tu as un problème qui te parait trop grand à surmonter seul, il est important de demander de l’aide.

Si tu as des questions sur les règles, le genre, la sexualité ou tout autre sujet, souviens-toi que tu peux communiquer avec Jeunesse, J’écoute en tout temps pour en parler avec un intervenant .


Clavardage en direct

La discussion (clavardage) ci-dessous est une transcription fictive basée sur de vraies situations.